La première AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) a démarré en octobre 2003 à Pantin (93), avec un maraîcher bio en installation à Chaussy (95). Le réseau régional a été créé un an après. Il en existe aujourd’hui plus de 300.

Basé sur un partenariat entre paysans et consommateurs, les AMAP favorisent les circuits courts et les engagements environnementaux.

Le mouvement des AMAP

 

Dans les années 70, les premières expériences naissent simultanément au Japon et en Allemagne/Suisse. Dans les années 80, le concept essaime de la Suisse aux Etats-Unis, puis vers le Canada et le Royaume-Uni dans les années 90, et des Etats-Unis vers la France en 2001.

Véritable opportunité pour l’agriculture régionale, le contrat AMAP repose sur un principe de solidarité garantissant aux producteurs un salaire décent, le respect de l’environnement, la transparence.*

AMAP : un réseau local

Le réseau AMAP Ile-de-France a pour objectif principal la promotion et l’aide à la création d’AMAP.
Il favorise également l’installation de jeunes producteurs tout en impliquant des groupes de citoyens et les collectivités locales.
Le réseau amapien au sein duquel l’agriculture paysanne est mise en avant, se veut être un lieu d’échange de mutualisation des bonnes pratiques et d’accompagnement.

 

L’AMAP en quelques chiffres

Il y a aujourd’hui 300 groupes ou sous-groupes de consommateurs, en partenariat AMAP avec plus de 150 producteurs.
Le Réseau des AMAP d’Île-de-France en 2016, c’est environ 300 groupes de consommateurs et 40 producteurs adhérents. C’est aussi plus de 20 groupes de consommateurs en projet et 73 nouveaux porteurs de projets accueillis en 2015 au sein du pôle Abiosol. C’est enfin (début 2016) 14 administrateurs et 5 salarié(e)s.

Le réseau AMAP IDF

2004 : Lancement du réseau et lancement du site web (actualisé en 2007 puis en 2012)
2005 : 1er salarié
2008 : 1ère inter AMAP
2009 : Organisation
2010 : Le pôle ABIOSOL (accompagnement de projets biologiques solidaires)
2011 : Les Champs des possibles (couveuse d’activités agricoles)

 

Comment fonctionne une AMAP ?

C’est un circuit de distribution alternatif à ceux de la grande distribution. Un lien direct est établi entre producteurs et consommateurs. L’AMAP se base sur une agriculture à échelle humaine qui respecte l’environnement puisqu’elle n’emploie ni produits chimiques, ni pesticides.

Les adhérents consommateurs s’engagent à acheter régulièrement la production des agriculteurs. Les partenaires définissent ensemble l’orientation de la production (quantité, diversité – fruits, légumes, viande, oeufs, miel, lait…) sur une période donnée. Les clients payent en amont ce qui permet aux producteurs d’avoir une avance de trésorerie.

Environ une fois par semaine, le producteur met à disposition des clients des produits frais, locaux, récoltés le matin même.

Le consommateur s’adapte à l’offre des agriculteurs qui comprend une grande variété d’aliments en fonction des saisons et de la maturité des produits. Il s’agit de produits sains, biologiques, issus de l’agriculture biodynamique, à un prix équitable. Une liste de produits est établie et en fonction de son panier (grand ou petit) qu’il a déjà payé au préalable , le client choisit les quantités mentionnées.

Trouver une AMAP

http://www.amap-idf.org/trouver_une_amap_33.php
http://www.reseau-amap.org/recherche-amap.php

Adhérer à une AMAP

http://www.amap-idf.org/images/imagesFCK/file/1reseau/adherer/infographie_vf.pdf

Sources:

http://www.reseau-amap.org/amap.php
http://www.amap-idf.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *