D’après une étude du cabinet Stimulus menée sur 32 000 salariés en 2017, près d’un quart des Français se trouverait en situation d’hyper stress au travail. En mars 2018, l’ADN publiait un article au titre provocateur : Le travail tue, et tout le monde s’en fout. Il faisait état des chiffres alarmants rien qu’aux États-Unis en 2017 : 120 000 décès liés au stress en 2017, une douloureuse dette de 130 milliards de dollars. Une bagatelle, n’est-ce pas ?

stress

Mais alors, quelles formes prend ce stress au travail ? D’où provient-il ? Qu’en coûte-t-il aux salariés comme aux entreprises ? Comment le canaliser ? Pour mieux comprendre, nous avons sollicité Océane Marchand, psychologue du travail spécialisée dans l’accompagnement d’individus en souffrance dans le cadre professionnel.

 

Petit précis des manifestations du stress au travail chez l’employé

Alors, comment ce stress se manifeste-t-il ? Selon Océane, le stress se manifeste en trois phases :

  • Une phase d’alerte, avec une libération d’adrénaline et de cortisol. En bref, vous commencez à sentir monter la pression, vous avez envie de fuir, et au lieu de cela vous grignotez et vous vous pressez en ayant diffusément mal au ventre.
  • Une phase de résistance, avec une libération de glucocorticoïde. Vous ne vous êtes jamais demandé comment vous réussissiez régulièrement à rendre des dossiers qualitatifs après avoir travaillé pendant des semaines jusqu’à 4h du matin ? Merci le glucocorticoïde.
  • Une phase d’épuisement, ou le stress devient chronique.

Or, Océane nous l’expliquait bien, le corps ne différencie pas une situation réellement dangereuse pour notre santé, voire notre vie, d’une simple situation stressante au travail.

Si le stress perdure, notre productivité et notre bien-être baissent et notre santé physique est affectée. Parmi les symptômes d’un stress chronique, Océane cite : « des douleurs, troubles du sommeil ou de l’appétit, crises de larmes, perturbation de la concentration. Des pathologies peuvent apparaître : le burn-out, la dépression, l’anxiété, des maladies cardio-vasculaires, des troubles musculo-squelettiques. » Côté vie privée, le stress peut se traduire par « une humeur négative à la maison, un repli sur soi, une diminution des activités extra-professionnelles (activités sportives, sorties), une séparation, une perte de sens générale de sa vie. »

Si les conséquences sont si graves, c’est parce que le travail représente une grande partie de l’équilibre vital dans nos sociétés. Océane insiste : « Le travail a une place privilégiée dans nos vies : l’une des premières questions que l’on pose à une personne que l’on rencontre est souvent « Que fais-tu dans la vie ? » Le travail permet de développer nos compétences, d’être reconnu et d’établir des relations sociales. Central, le travail façonne notre vie et notre identité. » Par conséquent, un mal-être au travail équivaut à saborder toute une partie de son équilibre, et par là même, de son bonheur.

Un lourd bilan pour les entreprises

Côté entreprises, les maladies mentales seraient la première cause d’invalidité en France, et le deuxième motif d’arrêt du travail. Selon un rapport de la Cour des Comptes de 2011, on pourrait chiffrer la mauvaise santé psychique des salariés à plus de 100 milliards d’euros par an en France. Les Echos estiment que le mal-être au travail coûterait 13 500 € par an et par salarié, et selon le poste et le niveau de responsabilités, un licenciement et remplacement peuvent en coûter beaucoup plus à un employeur.

« On peut évoquer les coûts directs pour l’entreprise au niveau des soins, de l’absentéisme, du présentéisme et du turn over. Il y a également des coûts indirects liés à une baisse de la productivité et aux mouvements sociaux qu’une organisation nocive peut engendrer. Les coûts humains ne sont pas non plus à négliger en terme de souffrance psychique », explique Océane. « Il est donc primordial de prendre soin de la santé psychologique des employés. Certaines organisations, telles les entreprises libérées ou agiles, donnent d’ailleurs la parole à leurs employés sur ce sujet trop souvent tabou. »

Rien n’est fichu. Comment gérer le stress au mieux ?

Côté collaborateur

De nombreuses solutions peuvent être mises en place, mais il ne faut pas attendre que le stress s’installe.

Faites du sport. Yoga, course à pied, natation, sports de combat, vélo, équitation, tous sont bons pour vous détendre après le travail ou même à la pause déjeuner. (À lire : faire du sport au travail : un boost de productivité).

Soignez votre ventre. Dans Et si ça venait du ventre, Pierre Pallardy explique que le système digestif est un deuxième cerveau relié au premier, qui, s’il est en bonne santé, participe activement de notre bien être. Sa méthode pour remettre en harmonie les deux cerveaux préconise entre autres la respiration abdominale, les massages localisés, certains mouvements sportifs et le choix de certains aliments par rapport à d’autres.

Pour commencer, vous pouvez respirer profondément jusque dans votre ventre 10 minutes par jour, et prendre vos repas posément, ou encore pratiquer la méditation (commencez par exemple avec Petit Bambou).

Et dès à présent, vous pouvez consommer des aliments réputés anti-stress, riches en omégas 3, en vitamines (B5, B9, B12 notamment), et en oligo-éléments. Parmi eux, les poissons gras (thon, saumon, maquereau, sardine), les œufs, les fruits et les légumes (les superstars sont l’épinard, et la myrtille et l’avocat), les infusions (camomille aubépine, valériane, passiflore, ginseng) et le thé noir, ou encore le chocolat.

 

Lisez l’intégralité de l’article sur Welcome to the jungle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *